Les Chiens de Pripyat 1, Saint Christophe

Aller en bas

Les Chiens de Pripyat 1, Saint Christophe

Message  stefan le Mer 8 Mar - 3:45

Les Chiens de Pripyat 1, Saint Christophe, Par Aurélien Ducoudray et Christophe Alliel, Collection Grand Angle chez Bamboo.



Dans les Chiens de Pripyat, Ducoudray et Alliel s'intéressent au no man's land qui entoure Tchernobyl depuis la catastrophe de 1986. Zone invraisemblable qui matérialise tous les fantasmes des films post-apocalyptiques, mais qui, malheureusement est bien réelle, ce qui renforce encore tout ce qu'elle peut avoir d'à la fois fascinant, édifiant et glaçant.
Sujet en or, donc, qui permet aux auteurs de nous mettre face aux thématiques habituelles des récits post apocalyptiques : écologie, inconscience, mensonges d'états, propagande, survie, tout en interdisant au lecteur la possibilité de ne pas y croire, de ne pas les prendre au sérieux, vu que les lieux et situations décrites dans ce livre ne sont pas des fantasmes lointains mais notre passé proche.



Dans ce premier tome d'une histoire complète qui en comptera deux, on suit Kolia, un jeune garçon qui part avec son père à la tête d'un petit groupe de marginaux chargés d'abattre les animaux irradiés, majoritairement des chiens retournés à l'état sauvage, qui se promènent en liberté dans la zone. L'état offre trente rouble par tête et le groupe du père de Kolia est constitué d'êtres suffisamment désespérés pour que cette offre leur semble alléchante.



Ce road trip offre à Ducoudray la possibilité de nous peindre avec subtilité une succession de portraits d'êtres inconscients ou désespérés venus se perdre dans cet enfer terrestre. Mais pour que ces tableaux fonctionnent, il faut que les dessins arrivent à retranscrire l'ambiance improbable, morbide et inquiétante du lieu. Cette impression de mort permanente.



Avec un trait réaliste et détaillé, Alliel joue sur les contrastes, entre les architectures froides et imposantes de l'ex union soviétique, avec tout le folklore de véhicules et de monument qui les accompagne, la végétation envahissante qui a peu à peu repris ses droits et s'insinue partout, les animaux féroces retournés à l'état sauvage, les hommes que l'on distingue mal des bêtes et Kolia, juvénile et innocent qui semble perdu au milieu de tout cela.



Ce premier tome s'achève, au bout d'un voyage hypnotisant, de manière un peu brutale et inattendue, nous suggérant un second tome très différent sans nous dévoiler grand chose de la direction que prendra celui-ci, laissant le lecteur dans une appréciable expectative.


_________________
"Une centrale nucléaire c'est comme une femme, il suffit de bien lire le manuel et d'appuyer sur le bon bouton." Homer J. Simpson
avatar
stefan
Maître Yoda

Nombre de messages : 7994
Age : 40
Localisation :
Date d'inscription : 16/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Chiens de Pripyat 2, Les enfants de l’atome

Message  stefan le Sam 27 Jan - 0:08

Les Chiens de Pripyat 2, Les enfants de l’atome, Par Aurélien Ducoudray et Christophe Alliel, Collection Grand Angle chez Bamboo.



Conclusion du diptyque, les chiens de Pripyat, avec Aurélien Ducoudray et Christophe Alliel toujours aux manettes. S’il y a quelque chose qui m’a frappé, quand je suis arrivé au bout de ces deux bandes dessinées, c’est qu’elle à quel point la menace nucléaire est finalement passée au second plan dans notre société cynique.



Attention, je ne dis pas que l’on n’a plus conscience du danger. Mais il y a quand même quelque chose de troublant, quand on jette un œil sur les fictions durant la guerre froide, les communications d’états, les gros titres des journaux, d’Hiroshima, à la fin de la guerre froide, en passant par la crise des missiles de Cuba et Tchernobyl, la menace nucléaire était évoquée partout. Pas un film d’espionnage sans une bombe nucléaire détournée. Des X-Men aux films de propagande expliquant comment se cacher sous un bureau en cas d’attaque, en passant par Akira ou Homer Simpson, deux générations ont grandi dans l’ombre de cette menace…



Et depuis la fin de la guerre froide, petit à petit, cette menace est moins omniprésente et est clairement passée derrière la menace terroriste dans les préoccupations quotidiennes et les menaces virtuelles. Pourtant, ce n’est pas comme si elle n’existait plus cette menace. Bien au contraire, entre la catastrophe de Fukushima, les centrales vieillissantes un peu partout dans le monde, les provocations Russes ou Iraniennes, et les concours de zizi de Trump et Kim Jong-Un, elle n’a peut-être jamais été aussi concrète, aussi probable. Oui mais voilà, cette menace, elle n’est pas portée par un vrai méchant. Trump aussi fou soit-il est sensé être notre allié, Poutine cultive l’ambiguïté, Kim Jong-Un semble petit et lointain malgré sa mégalomanie, l’Iran semble chercher un peu de stabilité. Les centrales nucléaires sont notre faute à nous, on va pas s’accuser nous même, Les vrais méchants qui nous font peur n’ont pas (encore) accès à des armes nucléaires.



Cette longue introduction pour souligner le côté paradoxalement un peu désuet et assez original de sortir aujourd’hui une œuvre sur un tel sujet. Et pourtant, quelle richesse encore à exploiter à y trouver.
Les chiens de Pripyat nous replongent dans cette époque, dans cette zone autour de Tchernobyl. Dans ce second volume, on se rend compte que cette zone est loin d’être aussi morte qu’on aurait pu le croire. La vie n’a pas abandonnée la zone, bien au contraire, nombreux sont ceux que les héros de l’histoire vont croiser.



Mais si la vie n’a pas quitté la zone, la civilisation, elle, a définitivement abandonné les lieux et la survie dans ce milieu est une lutte quotidienne. Ducoudray fait monter avec une grande habileté la tension au fil des pages en accumulant les menaces autour des personnages plongés dans un monde ou plus aucune règle ne semble pouvoir s’appliquer.
Avec beaucoup de précision et de virtuosité, Christophe Alliel continue de soigner ses décors pour nous plonger concrètement dans cet enfer très réel. Mention spéciale à la petite mais efficace introduction de ce second tome qui en posant les versets de l’apocalypse sur des images froides et soignées de la centrale et de ses alentours nous met instantanément dans l’ambiance.



_________________
"Une centrale nucléaire c'est comme une femme, il suffit de bien lire le manuel et d'appuyer sur le bon bouton." Homer J. Simpson
avatar
stefan
Maître Yoda

Nombre de messages : 7994
Age : 40
Localisation :
Date d'inscription : 16/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum